Que faire devant les dangers actuels

Octobre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 385 messages dans 132 sujets

Nous avons 26 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est CÉLINA

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 11 le Jeu 3 Oct - 11:41


    Napoléon III

    Partagez
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:00

    Napoléon III

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    Napoléon III par [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
     
    Charles Louis Napoléon Bonaparte, dit Louis-Napoléon Bonaparte puis Napoléon III, est né à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et mort à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le 9 janvier 1873. Il est le premier [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], élu le 10 décembre 1848 au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] masculin, avant d'être proclamé [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] sous le nom de Napoléon III.
    Troisième fils de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], et d'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], il naît prince [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et prince de Hollande: neveu de l'empereur [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] il est à la fois neveu et petit fils de l'impératrice [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (sa grand-mère maternelle). Exilé après la chute de l'Empire, conspirateur avec son frère aîné pour l'unité italienne, il devient héritier présomptif du trône impérial après les morts successives de son frère aîné [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], et du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (Napoléon II, roi de Rome) en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    Ses premières tentatives de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], mal préparées (Boulogne, Strasbourg), échouent. Il est condamné à l'emprisonnement au Fort de Ham. Mais il profite des suites de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour se faire élire représentant du peuple puis président de la République. Son [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] met fin à la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], et lui permet l'année suivante de restaurer l'empire à son profit. Face à l'opposition des républicains, des libéraux de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], de certains monarchistes et des catholiques (après l'unité Italienne), il donne à son pouvoir un [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui s'atténue après [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour faire laisser place progressivement à la mise en place d'un « [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ».
    La philosophie politique qu'il met en place, et qu'il a présentée dans ses Idées napoléoniennes et dans L'Extinction du Paupérisme ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]), est une synthèse d'un bonapartisme mêlé à du romantisme, du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] autoritaire, et du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Le règne de cet admirateur de la modernité britannique est marqué par un développement industriel, économique et financier sensible, portée par une [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qu'illustre la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] sous l'autorité du préfet [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    Sa politique extérieure vise à restaurer la puissance Française en Europe et dans le monde. Il rompt l'isolement diplomatique voulu au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] par trois puissances de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]: son entente avec la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] lors de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] contre la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], son soutien aux mouvements nationaux en particulier lors de l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] contre l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], et ses diverses opérations outre-mer parfois en coalition avec la Grande-Bretagne permettent l'agrandissement du territoire ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]) ainsi qu'une expansion coloniale et commerciale. Elle provoque cependant l'hostilité de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et subit un échec au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    La fin de son régime est scellée à l'issue du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le 2 septembre [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], lors de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] est proclamée. Napoléon III part en exil en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], où il meurt en janvier [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    La vive hostilité de l'écrivain [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] à Napoléon III, exprimée dans sa littérature et ses correspondances, les multiples [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et ouvrages critiques de divers auteurs ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], etc.) et les articles d'une partie de la presse politique contemporaine ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], L'Opinion nationale) participent à ce que de nombreux historiens[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qualifient de « [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] » autour de Napoléon III et du Second Empire.
    L'œuvre économique et sociale du Second Empire est mise en valeur par l'historiographie officielle dès le début du XXe siècle, mais la révision du jugement historique porté sur Napoléon III lui-même est plus lente. Après la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], des travaux des historiens, notamment ceux effectués par [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], vont dans le sens d'une réhabilitation de Napoléon III marquent une nette rupture historiographique dans la perception de celui qui est le dernier [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:06

    Jeunesse


    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    « Les quatre Napoléon ». En haut : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], roi de Rome. En bas : Napoléon III et le prince [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], dit Napoléon IV.
    Troisième fils de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et d'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le futur empereur voit le jour [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le 20 avril [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], à une heure du matin. Il naît onze mois après le décès, en mai [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], de son frère aîné âgé de 4 ans, [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], victime d'une [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Comme son autre frère, [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], puis comme c'est plus tard le cas pour le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Louis-Napoléon reçoit à sa naissance les honneurs militaires par des salves d'artillerie tirées dans toute l'étendue de l'Empire. Son oncle l'empereur Napoléon étant absent, on ne prénomme l'enfant que le 2 juin suivant. Il n'est baptisé que deux ans plus tard, le 4 novembre 1810, à la chapelle du château de Fontainebleau. Son [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] est l'empereur Napoléon Ier et sa [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] la nouvelle impératrice, [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    En juin [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], à la mort de leur grand-mère maternelle, l'ex-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Louis-Napoléon et son frère sont chargés de conduire le deuil lors du transfert de la dépouille à l'église de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    La [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] du 12 janvier 1816, bannissant tous les [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] du territoire français et les obligeant à céder leurs biens, contraint l'ex-reine [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], séparée de corps et de biens avec son mari, à s'exiler en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] où elle achète, en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le château d'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], dominant le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Elle s'y installe avec Louis-Napoléon tandis que son frère aîné part vivre avec son père à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], où celui-ci tente d'obtenir l'annulation de son mariage avec Hortense.
    Sans soucis d'ordre matériel, Louis-Napoléon est élevé par sa mère à Arenenberg en été et à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] en hiver. Son éducation est d'abord prise en charge par quelques professeurs occasionnels mais, en général, il est souvent livré à lui-même et fait de longues escapades dans la campagne suisse. Quand son père s'aperçoit du faible niveau d'éducation de son fils cadet, alors âgé de 12 ans, il menace Hortense de lui retirer la garde de l'enfant si elle ne reprend pas en main son éducation. Elle fait alors appel à un nouveau précepteur, nommé [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], fils d'un [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], tandis qu'un ancien officier de son oncle [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] lui enseigne [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] dans le culte de l'empereur et dans la certitude de son destin dans la dynastie. Soumis à une discipline stricte, ses résultats s'améliorent dans quasiment toutes les matières. À partir de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], c'est à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qu'Hortense et ses fils s'installent, rejoignant Arenenberg en été. Dans cette ville, Louis-Napoléon découvre la politique aux côtés des libéraux italiens autour des thèmes de liberté et de nation mais c'est en Suisse qu'il s'engage dans la carrière militaire en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], à l’[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] alors dirigée par le futur [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    À la suite des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui renversent [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] en France, Louis-Napoléon et son frère aîné, [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], espèrent que s’ouvre pour eux une ère nouvelle mais la loi du 11 septembre [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], votée par la nouvelle assemblée orléaniste qui craint une offensive bonapartiste, stipule à nouveau l'interdiction de séjour des Bonaparte dans le Royaume.
    Les fils Bonaparte sont indignés, ce qui amène la reine Hortense à partir avec eux pour [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] afin de les éloigner de la France. Ils sont néanmoins rapidement impliqués dans les conspirations des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] visant à favoriser la cause de l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et à déposséder le pape de son pouvoir séculier. Les deux frères participent ainsi aux insurrections dans les territoires pontificaux de l'Italie centrale, avant de devoir finalement se replier sur [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], où ils se retrouvent encerclés par l'armée autrichienne et les armées pontificales, décidées chacune à leur régler leur sort. Repliés sur [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], les deux frères doivent aussi faire face à une épidémie de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui emporte de nombreux soldats, déjà affaiblis par leurs blessures. Le 17 mars [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Napoléon-Louis succombe à l'épidémie tandis que Louis-Napoléon subit à son tour les effets de la maladie. La reine Hortense parvient à rejoindre son fils, à l'exfiltrer vers la France et à rejoindre Paris, où elle obtient du roi [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] une audience le 26 avril [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et l'autorisation de rester à Paris plusieurs jours, le temps que Louis-Napoléon se rétablisse, avant de rejoindre l'Angleterre. Ils gagnent ensuite la Suisse en août [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], après avoir reçu de l'ambassade de France à Londres un [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour traverser le territoire français.
    En [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Louis-Napoléon obtient la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] dans le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], ce qui fait dire à certains historiens que Louis-Napoléon Bonaparte a été « le seul Suisse à régner sur la France ».
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:08

    Tentative de soulèvement à Strasbourg

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    Louis-Napoléon, vers 1836.

    "L'homme qui a fait les équipées de Strasbourg (…) aura une fin misérable".
    George Sand, lettre (à Chopin ?) décembre 1848, citée par Jean Chalon, Chère George Sand, Flammarion, 1991, p. 310).
    Après la mort du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] le 22 juillet 1832, Louis-Napoléon apparaît comme l'héritier de la couronne impériale d'autant plus que ni [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ni son père [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ne manifestent l'envie de reprendre ce titre. Lors d'une conférence familiale en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Louis-Napoléon s'exaspère notamment de l'attitude attentiste de son oncle Joseph, le chef de la famille depuis la mort de l'aiglon. Exalté par les climats d'intrigues, le prince organise ses réseaux, rencontre en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] des émissaires du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et rédige un manuel d'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour les officiers suisses qui le fait connaître de la presse militaire française et qui lui vaut d'être récompensé par la promotion au grade de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] dans le régiment d'artillerie de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    Pendant ces années qu'il passe principalement en Suisse, il correspond avec les chefs français de l'opposition, écrit et publie des ouvrages ou des manifestes et reçoit à Arenenberg de nombreuses personnalités telles le comte [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ou encore [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Il continue aussi à conspirer. Le 30 octobre 1836, Louis-Napoléon effectue ainsi une tentative de soulèvement à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] avec une poignée de partisans. Il espère soulever la garnison et, ensuite, marcher sur [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et renverser la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Son plan est de rassembler sur son passage les troupes et les populations, sur le modèle du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Le choix de Strasbourg s'impose car c'est une importante place militaire, qui plus est, aisément accessible depuis le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]). Par ailleurs, c'est une ville d'opposition au régime mais patriote où les sympathies bonapartistes s'expriment non seulement dans les garnisons mais aussi au sein de la population.
    Sur place, l'âme du complot est le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], qui commande le 4e régiment d'artillerie, dans lequel Napoléon Bonaparte a servi à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], et qui s'estime mal traité par la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    L'opération est engagée le 30 octobre 1836 au matin mais elle tourne court assez rapidement. Les insurgés sont arrêtés et incarcérés dans le corps de garde de la caserne puis transférés à la prison de la ville. Louis Bonaparte et les oncles du jeune prince condamnent aussitôt l'opération. La [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] écrit à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour lui suggérer de laisser son fils quitter la France. Le 9 novembre, Louis-Napoléon est amené sous escorte à Paris et enfermé à la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Souhaitant éviter un procès public qui risquerait de lui donner une tribune pour plaider sa cause, le roi convainc son gouvernement d'exiler le prince. Conduit à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Louis-Napoléon, muni d'une somme d'argent, est embarqué sur L'Andromède le 21 novembre 1836 à destination des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Il débarque à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] le 30 mars 1837, d'où il rejoint [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    Pendant ce temps, treize de ses partisans sont jugés à Strasbourg devant la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Seuls sept d'entre eux comparaissent. Tous sont acquittés par le jury, sous les acclamations du public, le 18 janvier [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Si la tentative a été un échec complet et a été désavouée par la famille Bonaparte, elle a fait connaître le prince Louis-Napoléon qui écrit de sa prison à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le chef de l'opposition parlementaire, pour lui exposer ses motivations et ses revendications politiques reposant sur la restauration de l'Empire et le recours au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:10

    Retour en Europe


    Le prince ne reste pas longtemps aux [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Alors qu'il s'apprête à entreprendre un périple à travers tout le pays, il apprend la détérioration importante de l'état de santé de sa mère. Il rentre aussitôt en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour être à son chevet à Arenenberg mais, interdit de séjour sur le continent par le gouvernement de Louis-Philippe, il est bloqué en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] où il essaie d'obtenir, auprès des ambassades européennes, un passeport et un visa. En août 1837, c'est finalement muni d'un faux passeport américain qu'il parvient à se rendre en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] auprès de sa mère mourante. Maintenue en vie sous [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], elle décède le 5 octobre [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    La tentative de Boulogne.

    En juin [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], l'un des conjurés de Strasbourg, l'ex-lieutenant [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], apparenté par alliance à la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], publie à 10 000 exemplaires une brochure, financée par Louis-Napoléon, intitulée Relation historique des événements du 30 octobre 1836. Cette publication est un brûlot destiné à provoquer le régime en faisant l'apologie du bonapartisme, centré autour du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] nation, peuple et autorité. Dans la propagande bonapartiste ainsi présentée, la démocratie, définie comme « le gouvernement d'un seul par la volonté de tous », s'oppose à la république supposée être, pour Louis-Napoléon, « le gouvernement de plusieurs obéissant à un système ». En réaction, la brochure est saisie par les autorités alors que Laity est arrêté, traduit devant la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour attentat contre la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et condamné à 5 ans de détention et 10 000 francs d'amende le 11 juillet 1838.
    À la suite de cet incident, le gouvernement français demande à la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], au début du mois d'août [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], l'expulsion du prince Louis-Napoléon et, sûr de l'appui de l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], menace la confédération d'une rupture des relations diplomatiques et même d'une guerre, allant jusqu’à concentrer dans le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] une armée de 25 000 hommes. Le gouvernement suisse, indigné, invoque la qualité de bourgeois de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] du prince. En définitive, celui-ci annonce, le 22 août, son intention de s'installer en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ce qui permet au gouvernement de Berne de déclarer l'incident clos sans avoir eu à céder aux exigences françaises.
    Ayant hérité de sa mère, Louis-Napoléon a les moyens d'imprimer à 50 000 exemplaires une brochure détaillant son programme politique, Les Idées napoléoniennes, dans laquelle il fait de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] le précurseur de la liberté. Au début de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], l'un de ses partisans les plus fidèles, [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], lance à son tour ses Lettres de Londres, qui exaltent ce prince qui « ose seul et sans appui, entreprendre la grande mission de continuer l'œuvre de son oncle ».
    Depuis [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le prince prépare une nouvelle tentative de coup d'État. Voulant profiter du mouvement de ferveur bonapartiste suscité par la décision du cabinet [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de ramener de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] les cendres de l'empereur, il débarque dans la nuit du 5 au 6 août 1840 entre [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], en compagnie de quelques comparses, parmi lesquels un compagnon de Napoléon Ier à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], avec l'espoir de rallier le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien][Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    Louis-Napoléon à la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].

    La tentative de ralliement du 42e est un échec total. Cernés par la gendarmerie, les hommes du 42e régiment et la garde nationale, plusieurs conjurés sont tués ou blessés tandis que Louis-Napoléon est lui-même touché par une balle. Arrêtés et écroués sur ordre du procureur [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], les conjurés sont traduits en justice. Leur procès se tient devant la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] du 28 septembre au 6 octobre, dans une indifférence générale. Le prince, défendu par le célèbre avocat légitimiste [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], prononce un discours dans lequel il déclare : « Je représente devant vous un principe, une cause, une défaite. Le principe, c'est la souveraineté du peuple, la cause celle de l'Empire, la défaite [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Le principe, vous l'avez reconnu ; la cause, vous l'avez servie ; la défaite, vous voulez la venger. […] Représentant d'une cause politique, je ne puis accepter, comme juge de mes volontés et de mes actes, une juridiction politique. […] Je n'ai pas de justice à attendre de vous, et je ne veux pas de votre générosité ». Il n'en est pas moins condamné à l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    Ses conditions de détention sont assez confortables. Il bénéficie pendant son internement à la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] — qu'il appelle plus tard « l'Université de Ham » — d’un appartement de plusieurs pièces. Il peut correspondre avec l’extérieur, reçoit des visites et des livres. [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], missionné par trois pays d'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], obtient la permission de le visiter pour lui proposer d'étudier une jonction entre les deux océans, pour laquelle le futur empereur s'est déjà passionné, le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    Il met à profit cette captivité pour se consacrer à l’étude et faire avancer sa cause dans l’opinion par l’écriture de brochures et d’articles dans les revues locales. Il écrit notamment [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]), ouvrage influencé par les idées [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et développant un moyen [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour accéder au pouvoir : « Aujourd'hui, le règne des castes est fini, on ne peut gouverner qu'avec les masses ». Le 25 mai [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], après six années de captivité, il s'évade de sa prison avec le concours d'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], en empruntant les vêtements et les papiers d'un peintre nommé Pinguet. Les caricaturistes du Second Empire transforment plus tard le nom de celui-ci en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], qui évoque un plaisantin, pour en affubler l’empereur en rappelant son passé de conspirateur. Avant que sa fuite soit découverte, il est déjà en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et, le lendemain, en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    Il s'établit à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] où il apprend la mort de son père à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le 25 juillet [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. C'est durant cette période, moins active politiquement, que Louis-Napoléon rencontre [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], qui partage sa vie jusqu'en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. La [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], qui met fin à la monarchie de Juillet, fournit au prince l'occasion de revenir une première fois en France à la fin du mois de février puis de voir sa candidature présentée par ses partisans aux élections de députés à l'assemblée nationale.
    En [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] lui transmet les pouvoirs du gouvernement nicaraguayen pour organiser une société européenne pour le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], qui doit recevoir le nom de "Canal Napoléon du Nicaragua". Le futur empereur français y travaille sérieusement, sous la forme d'un mémoire rédigé avec des ingénieurs. Il prévoit de se rendre au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] mais la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] modifie ses projets. Il en reparlera en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] à l'industriel français du chocolat [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], dont le fils [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] fera avancer le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] mais sans parvenir à le concrétiser, car une concession a été accordée à des américains.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:12

    Président puis Prince-président
    Les campagnes électorales de 1848

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    Louis-Napoléon Bonaparte en 1848.


    Le 4 juin 1848, candidat à l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Louis-Napoléon Bonaparte est élu dans quatre départements : la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Ses cousins les princes [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] sont aussi parmi les nouveaux élus. L'élection de Louis-Napoléon est suivie de manifestations populaires qui inquiètent la nouvelle assemblée composée de 900 élus dont 500 républicains modérés, 300 monarchistes ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]), une centaine de républicains démocrates et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ainsi qu'une poignée de bonapartistes. Le 12 juin, [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] propose à ses collègues parlementaires de rendre exécutoire la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] du 10 avril [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui interdisait le territoire français aux membres des familles ayant régné sur la France dans le cas où Louis-Napoléon s'aviserait de rentrer. Sa proposition est finalement rejetée. Le lendemain, la validation de l'élection, soumise à accord de l'assemblée, est acquise à une large majorité comprenant notamment les républicains [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Néanmoins, le 16 juin, accusé d'appeler à la révolte, Louis-Napoléon annonce renoncer à remplir son mandat. Il a ainsi la chance de ne pas être compromis dans la répression sanglante des ouvriers parisiens révoltés lors des journées insurrectionnelles des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]-26 juin ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]) dont le bilan s'élève à environ 5 000 insurgés tués ou fusillés, environ 1 500 soldats tués, 25 000 arrestations et 11 000 condamnations à la prison ou à la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Ces Journées de juin creusent alors un fossé temporairement infranchissable entre les autorités de la République et les ouvriers.
    Louis-Napoléon décide alors de se présenter aux [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] intermédiaires des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et 18 septembre 1848. Candidat dans les quatre départements qui l'avaient déjà élu en juin, il est aussi candidat en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Élu dans ces cinq départements, il obtient en tout 300 000 voix provenant également des départements de l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] où il n'était pourtant pas candidat. Il rentre alors en France et s'installe à Paris le 24 septembre. Le lendemain, son élection est validée à l'unanimité par l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] où il peut enfin siéger.

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    Campagne électorale [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] : Bonaparte contre [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Illustrierte Zeitung [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    À la suite de la promulgation, le 4 novembre 1848, de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], Louis-Napoléon Bonaparte est candidat à l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], la première au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] masculin en France. Ses adversaires sont [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (républicain modéré), [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (républicain), [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]), [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (socialiste) et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (légitimiste). Durant la campagne qu'il fait financer par son amie anglaise Miss [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et par le marquis [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], le prince prend de nombreux contacts ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], etc.) et parvient à recevoir le soutien du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], à commencer par [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], mais aussi le soutien de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour qui, alors, le nom de Napoléon ne peut se rapetisser. Les votes ont lieu les 10 et 11 décembre 1848 et les résultats proclamés le 20 décembre. Louis-Napoléon est élu pour quatre ans avec 5 572 834 voix (74,2 % des voix) contre 1 469 156 voix à Cavaignac, 376 834 voix à Ledru-Rollin, 37 106 voix à Raspail et quelque 20 000 voix à Lamartine. Premier président de la République, âgé de 40 ans et 8 mois, il reste à ce jour encore le plus jeune à avoir occupé cette fonction. Son élection profite à la fois de l'adhésion massive des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], de la division d'une opposition hétérogène (gauche, modérée ou royaliste, et de la légende impériale, surtout depuis le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] en 1840). Si quatre départements ne donnent pas la majorité relative à Louis-Napoléon ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]), une vingtaine, essentiellement situés dans le sud-est et l'ouest, ne lui accordent pas de majorité absolue alors que dans 34 départements, il dépasse les 80 % des suffrages. Son électorat, bien que majoritairement paysan, se révèle hétéroclite mêlant bourgeois hostiles aux partageux, citadins des petites villes et ouvriers parisiens. D'ailleurs à Paris, il réalise un score homogène, recueillant autant de voix dans les beaux quartiers de l'ouest que dans ceux ouvriers de l'est.
    Louis-Napoléon, qui s'est « toujours donné, en parole et en acte comme héritier de l'Empire » prête [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] à l'Assemblée constituante le 20 décembre 1848 et « jure fidélité à une Constitution formellement contraire à “son destin” ». Devant les représentants qui ne savent pas s'ils assistent à une conversion ou à un parjure et l'applaudissent donc peu, il devient le premier président de la République française et, par conséquent, le premier à s'installer le soir même au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], choisi de préférence aux symboles monarchiques qu'étaient le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].
    L'homme qui accède alors à la présidence se pense doublement légitime : d'une part parce qu'il est un héritier, celui de l'empereur Napoléon Ier, et d'autre part parce qu'il est le premier élu du peuple tout entier, adoubé par le suffrage universel masculin. Comme son oncle, le président Louis-Napoléon Bonaparte adhère aux principes juridiques et sociaux de 1789 ; comme lui, il pense qu'ils doivent « être complétés par un pouvoir politique fort » et, comme lui, il est patriote et pense que la France est porteuse de valeurs. Par contre, en raison de son héritage et de son éducation maternelle, il croit au progrès, pense que l'État a un devoir d'intervenir pour faire face au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] engendré par la modernité industrielle et admire l'Angleterre. Ces éléments, son activisme et son réformisme social le rapprochent des républicains mais le fait qu'il soit un prétendant à la restauration de la monarchie impériale héréditaire empêche toute alliance avec eux et l'amène à pactiser avec le parti de l'Ordre tout en étant aussi son opposant.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:13

    La confrontation entre le Président et l’Assemblée

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
    Portrait officiel du président Louis-Napoléon Bonaparte.


    La [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] limite largement les pouvoirs du président qui est soumis soit à l'Assemblée soit au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Dès son installation, Louis-Napoléon reprend l'apparat impérial, circulant à bord de coupés aux armoiries napoléoniennes et choisissant comme tenue officielle l'uniforme de général en chef de la garde nationale comprenant bicorne à plume, grand cordon et plaque de la légion d'honneur. Célibataire, sa compagne britannique Miss Howard ne peut prétendre au rôle de première dame et d'hôtesse de l'Élysée qui est finalement exercé par sa cousine, la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Si un homme vient à prendre de l'importance dans l'entourage de Louis-Napoléon, c'est son demi-frère adultérin, l'homme d'affaires et ancien député [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], dont Louis-Napoléon a découvert l'existence après le décès de sa mère et qui le rencontre pour la première fois en janvier 1849, à l'Élysée, avant de devenir un peu plus tard l'un des conseillers.
    Dans le cadre de ses pouvoirs exécutifs, Louis-Napoléon demande à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de former le premier gouvernement de la présidence mais celui-ci refuse. Aucun dirigeant orléaniste ne souhaite diriger le cabinet, ni aucun des républicains approchés par le président. C'est finalement [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], ancien chef de l'opposition constitutionnelle, qui accepte de diriger un gouvernement de mouvance orléaniste ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], etc.) comprenant un républicain ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]) et un membre du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]). Aucun membre de ce gouvernement n'appartient à la mouvance du président, ce qui lui donne le nom de ministère de la captivité, selon l'appellation donnée par [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] au motif que Louis-Napoléon en est le captif, encerclé par les hommes du parti de l'Ordre. L'un des leurs, le général [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], prend d'ailleurs la tête de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et de la division de Paris.
    L'assemblée élue en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] tarde à se dissoudre et, à partir du 24 janvier, les tensions montent entre le gouvernement et les élus. L'épreuve de force est évitée de justesse à la fin du mois de janvier quand le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], commandant de la garde nationale, prend l'initiative de rassembler les troupes autour de l'assemblée sous prétexte de la défendre contre un éventuel mouvement populaire. La pression de Changarnier, soupçonné de part et d'autre de préparer un [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], incite le chef de l'État, le gouvernement et les députés à négocier. Ces derniers acceptent finalement, à une courte majorité, de se séparer.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:15

    L'expédition militaire de Rome et les élections législatives

    La campagne des élections est perturbée par le déclenchement de l'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] que le gouvernement Barrot a initialement engagée comme une opération de couverture de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] avec pour mission de s'interposer entre les volontaires républicains de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et l'armée autrichienne venue secourir le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], chassé de Rome par les républicains. Le corps expéditionnaire français de 14 000 hommes, débarqué le 24 avril à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et dont la mission est en fait mal définie, fait alors face à la résistance des troupes républicaines sous le commandement de Garibaldi qui l'accueillent à coups de canon. Le 30 avril, le général [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] est obligé de battre en retraite devant [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] laissant derrière lui plus de 500 morts et 365 prisonniers. Informé des événements, Louis-Napoléon accepte toutes les requêtes de renfort demandées par Oudinot et, sans consulter ses ministres, lui demande de rétablir la puissance temporelle du pape. Outrés, 59 députés républicains exigent la mise en accusation du président français. Conjointement avec l'Assemblée, le président envoie également en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] un nouvel [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] plénipotentiaire, le baron [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], chargé de trouver une trêve avec les républicains romains Ces décisions sont prises rapidement en raison de la proximité des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] organisées le 13 mai, la restauration du pape étant devenue l'un des principaux thèmes du débat électoral. Ces élections doivent permettre aussi de trancher entre le président et l'assemblée sortante à majorité républicaine. Le scrutin, marqué par un fort taux d'abstention (31 %), se traduit par l'éviction de la majorité des sortants, dont Lamartine, et la victoire de l'Union libérale (59 %) dominée par le parti de l'Ordre (53 % des voix et environ 450 élus dont 200 légitimistes sur un total de 750 députés), par l'effondrement des républicains modérés (environ 80 élus) et la progression des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (34 % des suffrages soit environ 250 élus).
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:16

    la progression des [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (34 % des suffrages soit environ 250 élus).
    La journée du 13 juin 1849 et ses suites


    Ce « crétin que l’on mènera », selon l’expression d’[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui l'avait soutenu durant la campagne présidentielle parce qu'il croyait pouvoir l'utiliser en lui procurant de l'argent et des femmes avant de le remplacer au terme de son mandat, s’avère finalement beaucoup plus intelligent et retors. Après les élections de mai, Louis-Napoléon reconduit Odilon Barrot à la direction de son [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] comprenant notamment [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (nommé aux Affaires étrangères) et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (confirmé aux finances). La nouvelle assemblée refuse de ratifier la trêve et l'accord négocié par de Lesseps tandis qu'Oudinot reprend l'offensive contre les troupes de Garibaldi avec, pour mission claire, cette fois, de rétablir le pouvoir temporel du pape. Les répercussions, en France, de cette expédition militaire atteignent leur paroxysme le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] quand, à l'issue du vote de l'assemblée approuvant le renforcement de crédits financiers à l'expédition militaire contre la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], un groupe de députés [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], sous l’égide d'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], réclame la mise en accusation du président de la République et du ministère d'Odilon Barrot, à qui ils reprochent de violer l'article 5 du préambule de la constitution selon laquelle la République « respecte les nationalités étrangères, comme elle entend faire respecter la sienne ; n'entreprend aucune guerre dans des vues de conquête, et n'emploie jamais ses forces contre la liberté d'aucun peuple ». La manifestation républicaine organisée sur les grands boulevards de Paris ayant été dispersée par les troupes du général Changarnier, plusieurs députés républicains se retranchent alors au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] où ils décident de siéger en convention et de constituer un gouvernement provisoire. Au bout de trois quarts d'heure, ils sont néanmoins obligés de prendre la fuite. L'échec de cette journée de manifestation entraîne de nouvelles mesures de répression, qui achèvent de désorganiser l’[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Six journaux sont supprimés et, le 19 juin, l'assemblée adopte une loi sur les clubs permettant au gouvernement de suspendre la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] pour un an. Le 27 juillet, une loi complémentaire sur la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] est votée, instituant de nouveaux délits et réglementant sévèrement le colportage. Enfin, le 9 août, une autre loi autorise le gouvernement à proclamer l’[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] avec un minimum de formalités. Les responsables républicains impliqués dans la journée du 13 juin sont déférés devant la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui siège du 12 octobre au 15 novembre. Sur 67 accusés dont 16 députés, poursuivis pour « avoir participé à un complot ayant pour but 1° de détruire ou de changer la forme du gouvernement ; 2° d'exciter à la guerre civile, en armant ou portant les citoyens à s'armer les uns contre les autres », 31 seulement sont présents. Les 16 députés sont déchus de leurs mandats électoraux tandis que Ledru-Rollin et 35 autres accusés absents sont condamnés par contumace à la déportation.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:17

    Les premiers voyages présidentiels en province


     
    Louis-Napoléon Bonaparte se tient en retrait durant tout l'été 1849, laissant les hommes du parti de l'Ordre et l'assemblée voter toutes les lois permettant de renforcer l'ordre social. Pour se faire réellement connaître des Français et diffuser ses idées politiques, il inaugure en province des voyages de type présidentiel, profitant notamment du développement du [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Soucieux de conforter sa popularité, il parcourt ainsi l'Hexagone, se faisant acclamer par la foule et les soldats. Partout où il se rend ([Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]), il prêche avec des formules simples et directes la concorde et l'union de tous les citoyens, inaugurant ainsi une technique langagière éloignée des harangues rhétoriques utilisées par les représentants de la classe politique traditionnelle. Il écarte, à cette époque, une proposition de Changarnier qui l'assure de son soutien dans un éventuel coup de force contre l'assemblée. La popularité du président est à son zénith, ce qui permet à la presse bonapartiste de commencer à militer pour la prolongation du mandat présidentiel. Durant ses déplacements, il est parfois accompagné discrètement de sa compagne, Miss Howard. Celle-ci fréquente peu le palais de l'Élysée et réside dans un hôtel particulier de la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] où elle vit avec Louis-Napoléon et reçoit les familiers du président.
    Politiquement, il se démarque un peu plus du parti de l'Ordre et de l'Assemblée, encore une fois à cause de la question romaine. En août, sa lettre de soutien à la « liberté italienne » contre le rétablissement de l'absolutisme du pouvoir temporel du pape lui accorde le soutien de la gauche et la désapprobation du gouvernement et de la majorité parlementaire. Le 31 octobre 1849, il obtient la démission d'Odilon Barrot puis la formation d'un nouveau gouvernement formé par le général [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], un légitimiste vétéran des guerres napoléoniennes. C'est le « [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] », lié au duc de Morny, dans lequel on trouve [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], frère d'Odilon Barrot, mais aussi [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. La désignation de [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] à un poste ministériel est néanmoins écartée, au grand dam de ce dernier, à la suite de son discours incendiaire tenu contre le parti de l'Ordre à l'Assemblée dix jours plus tôt. Sa désignation aurait en effet été perçue comme une provocation par la majorité conservatrice, mais l'ancien pair du royaume tire de sa récusation ministérielle des implications politiques et personnelles lourdes de conséquences pour le président.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:18

    La loi Falloux et la loi électorale du 31 mai 1850



    Même si le gouvernement est dévoué à Louis-Napoléon, il n'en reste pas moins que c'est l'assemblée qui vote les lois que le gouvernement doit ensuite appliquer. Profitant de sa position dominante, l'assemblée conservatrice approuve, le 15 mars [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], par 399 voix contre 237, la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] sur la liberté de l'enseignement, favorisant de fait l'influence du clergé. N'ayant aucun intérêt à heurter ce dernier ou l'électorat catholique, le président ne songe pas à émettre de réserves. C'est également le cas pour la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], limitant le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. En imposant une résidence de trois ans pour les électeurs et en multipliant les cas de radiation des listes (vagabondage, condamnation pour rébellion ou atteinte à l'ordre public, etc.), la nouvelle loi élimine 30 % du corps électoral dont beaucoup sont des artisans et des ouvriers saisonniers. Cependant, même si les éliminés sont en grande partie des électeurs de la « tendance démocrate-socialiste », on y trouve aussi des partisans légitimistes ou des napoléoniens, partisans de la « démocratie plébiscitaire ». Dans un premier temps, « Louis-Napoléon laissa faire et même favorisa la manœuvre qui privait l'ennemi commun de moyen d'action légale » mais, dans un second temps, il « ne tarda pas à s'en désolidariser ». Cette compromission avec les membres du parti de l'Ordre ne peut pas beaucoup lui plaire d'autant plus que le suffrage populaire est l'un de ses principes et que la nouvelle loi lui retire ses électeurs. Convaincu de pouvoir remporter une prochaine élection présidentielle avec une majorité considérable, la loi électorale qui vient d'être adoptée par l'Assemblée « demeurait à ses yeux temporaires et de toute circonstance » dans un contexte où les républicains ne peuvent accéder au pouvoir « ni par l'insurrection ni par l'élection ». Durant sa tournée hexagonale de l'été, Louis-Napoléon constate l'effervescence qui monte dans les provinces. Au cours du voyage présidentiel qu'il effectue dans l'est, il critique l'Assemblée nationale en déclarant « Mes amis les plus sincères, les plus dévoués ne sont pas dans les palais, ils sont sous le chaume ; ils ne sont pas sous les lambris dorés, ils sont dans les ateliers et dans les campagnes ». À [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], dans une ville qui ne lui est pas acquise, il déclare que « l'élu de 6 millions de suffrages exécute les volontés du peuple et ne les trahit pas », manière pour lui de désavouer publiquement la nouvelle loi électorale. En septembre 1850, en [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], terre acquise et conservatrice, il se pose en mainteneur de l'état des choses existant pourvu que le peuple veuille le laisser au pouvoir, multipliant les allusions à une évolution politique à venir en référence aux vœux exprimés par des conseils généraux sollicités en faveur d'une révision constitutionnelle pour permettre la réélection du président.
    Au début de l'automne 1850, le conflit larvé entre le président et l'Assemblée est devenu une guerre ouverte. Durant l'été, l'Assemblée a adopté plusieurs autres lois liberticides (loi du 16 juillet 1850 sur la liberté de la presse, loi du 30 juillet 1850 sur la censure des théâtres). À son retour à Paris, Louis-Napoléon s'attache à organiser ses partisans déclarés, rassemblés notamment au sein de la Société du 10 décembre et de celle du 15 août, et à mettre l'armée de son côté, multipliant les promesses d'avancement et les augmentations de solde.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Dim 14 Fév - 22:19

    La Revue de Satory et ses conséquences



    Le 10 octobre [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], lors de la revue de Satory, la cavalerie salue le chef de l'État en clamant « Vive Napoléon ! Vive l'Empereur ! » à la fureur de Changarnier, qui, depuis 1849, s'est éloigné du président et est passé dans le camp de la majorité parlementaire pour laquelle il est censé représenter le bras armé de la restauration monarchique. Changarnier commet un impair en tentant d'organiser un coup de force, proposant avec plusieurs membres de la commission de permanence de l'Assemblée de faire arrêter le président alors que Thiers propose de mettre en place une dictature pour une période de six mois. De provocations en provocations, Changarnier tente de pousser Louis-Napoléon à la faute. Habilement, ce dernier isole le commandant de la garde nationale de ses plus fidèles lieutenants et annonce son intention de le destituer le 3 janvier [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], provoquant au passage la démission de plusieurs ministres. Le 10 janvier, le décret de destitution est validé tandis que le gouvernement est remanié. L'affrontement avec les députés menés par Thiers se conclut par le vote d'une motion de défiance envers le cabinet par 415 voix contre 286. Louis-Napoléon ne passe pas outre, résiste aux sollicitations de Persigny d'employer la force et accepte la démission du gouvernement, remplacé par un « [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] », composé de techniciens et de fonctionnaires, entré dans l'Histoire sous le nom de « ministère sans nom ». En échange de cette preuve d'apaisement de la part du président, l'Assemblée entérine la destitution de Changarnier. Néanmoins, Louis-Napoléon ressort victorieux de cette confrontation avec l'Assemblée, cette dernière ayant perdu celui qui faisait office de bras armé. Il pense alors pouvoir pousser son avantage et obtenir une modification des règles constitutionnelles qui lui permettrait de briguer un second mandat.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Mar 16 Fév - 2:15

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    le 19 février 1858 : Napoléon III et la liberté.

    Message par callo le Ven 19 Fév - 16:44


    • le 19 février 1858 : Napoléon III et la liberté.

    Napoléon III durcit son régime par l'adoption d'une loi de sûreté générale qui permet d'interner ou de déporter toute personne ayant déjà subi des condamnations politiques. Cette loi concerne environ deux mille Français et quelques centaines déportés en Algérie. Elle est votée suite à l'attentat du 14 janvier.
    avatar
    callo
    Admin

    Date d'inscription : 09/03/2010

    Re: Napoléon III

    Message par callo le Sam 20 Fév - 17:37

    [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
    Alphonse Daudet dont les poèmes séduisent l'impératrice Eugénie , lui permettront  de devenir secrétaire du duc de Morny (demi-frère de Napoléon III) : fonction qui le met à l'abri des soucis matériels. Il utilisera cette expérience pour écrire le Nabab (1877).

    Contenu sponsorisé

    Re: Napoléon III

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 23:52