Que faire devant les dangers actuels

Octobre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 385 messages dans 132 sujets

Nous avons 26 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est CÉLINA

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 11 le Jeu 3 Oct - 11:41


    Sculpture : Étienne FALCONET

    Partagez
    avatar
    ADMIN.
    Admin

    Date d'inscription : 18/03/2010

    Sculpture : Étienne FALCONET

    Message par ADMIN. le Mer 8 Fév - 19:05

    Étienne Maurice Falconet
    1716 - 1791

    Sculpteur français

    Portrait d’Étienne Maurice Falconet (1716-1791)



    Issu d’une famille modeste d’artisans parisiens, Étienne Maurice Falconet entra en 1734 dans l’atelier de Jean-Baptiste II Lemoyne*. Agréé à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1744, il présenta en 1754 comme morceau de réception le marbre du Milon de Crotone (Louvre) dont il avait exposé un modèle en plâtre au Salon de 1745. Logé au Louvre en 1755, il bénéficia de la protection de la marquise de Pompadour, pour laquelle il avait exécuté en 1751 une Allégorie de la Musique (Louvre) et qui, en 1757, le mit à la tête de l’atelier de modelage de la manufacture de Sèvres. En 1766, il partit pour la Russie, répondant aux offres de Catherine II, qui, à l’instigation de Diderot, lui demandait de réaliser la statue équestre de Pierre le Grand ;

    il connut une période de grande faveur, puis tomba dans une semi-disgrâce et quitta Saint-Pétersbourg en 1778. Après un séjour en Hollande, il regagna la France vers 1781 et, deux ans plus tard, fut frappé d’hémiplégie.

    L’œuvre de Falconet est placée sous le signe du paradoxe. « Sculpteur des grâces » et célèbre par la joliesse de ses figures féminines, il a exécuté l’œuvre la plus majestueuse du xviiie s. : la statue équestre de Pierre le Grand. Tenant de l’art rocaille par sa formation, grand admirateur du baroque italien, contempteur de l’art antique, il n’en préfigure pas moins dans des œuvres comme l’Allégorie de l’Hiver (1771, Leningrad, musée de l’Ermitage) le « retour à l’antique » de la fin du siècle. Pratiquement sans instruction, il fut pourtant le plus intellectuel des sculpteurs français de son temps, et ses écrits sur l’art remplissent six volumes.
    Par un dernier paradoxe, Falconet, qui faisait de l’observation et du rendu exact de la nature la qualité majeure de l’artiste, n’a laissé qu’un petit nombre de portraits (bustes du médecin Camille Falconet, musées de Lyon, 1747, et d’Angers, 1760).
    L’importance de Falconet tient en grande partie au rôle qu’il joua à la manufacture de Sèvres*. Les marbres délicatement sculptés qui lui apportèrent tant de gloire au Salon (la Baigneuse et l’Amour menaçant, 1757, Louvre ; Pygmalion et Galatée, 1763) y furent transposés en biscuit et, par ce moyen, vulgarisés dans toute l’Europe. Mais l’artiste donna aussi des modèles spécialement conçus pour la porcelaine, en s’inspirant parfois des créations de Boucher* : la Joueuse de guitare, le Montreur de lanterne magique, la Feuille à l’envers, la Pêche et la Chasse, etc. Ces œuvres d’un charme un peu superficiel, mais modelées avec beaucoup de délicatesse et d’esprit, marquèrent pour de longues années la production de Sèvres ; elles furent imitées, voire pastichées, par de nombreux artistes.
    Falconet n’eut pratiquement pas de disciples ; Marie-Anne Collot (1748-1821), qui l’accompagna en Russie et devint plus tard sa belle-fille, fut plus une amie et une collaboratrice qu’une élève. Son œuvre de théoricien est par contre importante (Réflexions sur la sculpture, 1761 ; articles Sculpture et Relief pour l’Encyclopédie). Mais la violence avec laquelle cet autodidacte attaquait les modèles les plus révérés de l’Antiquité (Observations sur la statue de Marc-Aurèle, 1771) ou l’autorité de Pline l’Ancien (Notes sur les trois livres de Pline l’Ancien) lui valurent beaucoup d’ennemis, en dépit de l’amitié que lui portait Diderot. Encore le caractère difficile du sculpteur, aigri par les difficultés rencontrées à la cour de Russie, s’accordait-il mal avecl’ enthousiasme de l’écrivain ; en 1773, Falconet rompit définitivement avec Diderot ; leur correspondance, en grande partie conservée, est une source capitale pour l’histoire  de l’art du xviiie siècle


    Spoiler:
    J.-R. G. L. Réau, Étienne-Maurice Falconet (Demotte, 1922 ; 2 vol.). / F. Vallon, Falconet (Impr. réunies, Senlis, 1927). / J. Seznec, « Falconet, Diderot et le bas-relief », dans Walter Friedländer zum 90. Geburgstag. Eine Festgabe (Berlin, 1965)."]
    J.-R. G.
     L. Réau, Étienne-Maurice Falconet (Demotte, 1922 ; 2 vol.). / F. Vallon, Falconet (Impr. réunies, Senlis, 1927). / J. Seznec, « Falconet, Diderot et le bas-relief », dans Walter Friedländer zum 90. Geburgstag. Eine Festgabe (Berlin, 1965).

    avatar
    ADMIN.
    Admin

    Date d'inscription : 18/03/2010

    Re: Sculpture : Étienne FALCONET

    Message par ADMIN. le Mer 8 Fév - 19:06

    avatar
    ADMIN.
    Admin

    Date d'inscription : 18/03/2010

    Re: Sculpture : Étienne FALCONET

    Message par ADMIN. le Mer 8 Fév - 19:13


    Contenu sponsorisé

    Re: Sculpture : Étienne FALCONET

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 23:48